Le site "Le Lapin Pa(tte)s à Pa(tte)s" à conseiller à vos clients !

Le lapin est un petit animal de plus en plus répandu dans les foyers, mais il reste cependant très méconnu.

Souvent maintenu en cage, sur copeaux de bois, un mélange de graines en guise de repas quotidien et avec peu ou pas d’interactions sociales.

 

Depuis quelques temps, les esprits s'éveillent, les à priori s’estompent et le lapin gagne en respect et considération.

 

Le site "Le Lapin Pa(tte)s à Pa(tte)s" aidera les actuels et futurs propriétaires de lapins ou simplement les curieux à comprendre cette petite boule de tendresse qui s'avère être un compagnon d’exception. 

 

https://lelapinpattesapatt.wixsite.com/lelapinpattesapattes


Le Groupe Facebook de conseil associé au site permettra à ceux qui le souhaitent de recevoir des conseils avisés de passionnés en direct (ou presque).

https://www.facebook.com/groups/1165724343554304/

Epanchement abdominal chez une lapine

Les épanchements abdominaux sont considérés comme anecdotiques chez le lapin. Le Cas présenté ci-dessous Confirme que ces épanchements doivent faire partie du diagnostic différentiel d'une distension abdominale et nous rappelle l'importance d'une stérilisation précoce chez la lapine Sujette à de nombreuses affections utérines.

Clémentine Fuchs DMV Unité Urgences et Soins Intensifs CHV Saint-Martin (74)

 

+ infos http://www.fichier-pdf.fr/2017/05/20/epanchement-abdominal-chez-une-lapine/

 

Le fibrosarcome auriculaire chez le lapin

Le fibrome de Shope est une affection cutanée rencontrée chez le lapin. Elle correspond à une prolifération tumorale sur le corps de l'animal, due à un virus, le papillome virus de Shope. Ces excroissances sont si impressionnantes qu'elles peuvent donner lieu à la pousse de pseudocornes chez le lapin, ce qui a été source d'inspiration dans les siècles passés.

Image title

Lapin à cornes, gravure du 18e siècle. ©DP

  

Comment soigner son lapin atteint du fibrome de Shope ?

Il n'y a pas de traitement, et il est vivement déconseillé d'opter pour une exérèse chirurgicale. Il arrive souvent que la tumeur régresse d'elle-même au bout d'un an.

 

+ INFOS http://www.fichier-pdf.fr/2017/05/08/fibrome-de-shope-auriculaire-chez-les-lapins/

 

Comment bien nourrir son lapin

Un site tres complet que vous pouvez proposer à vos clients :

 

Lien http://www.lapin.fr/

 

Conseils divershttp://www.margueritecie.com/

 

 

L’obésité chez les rongeurs


Les friandises peuvent être données en quantité limitée, et de manière occasionnelle, pour éviter de favoriser la prise de poids
Tout comme les chiens et les chats, les rongeurs ne sont pas épargnés par les problèmes de surpoids. Cela n’est pas sans conséquence sur leur santé, et il est donc important de prévenir l’obésité chez ces petits animaux.

Comment savoir si son animal est en surpoids ?

Pour évaluer l'embonpoint, on doit essayer de palper les os (côtes, os du bassin, sacrum) : on doit les sentir sans problème mais pas les voir.

Ainsi, lors de la palpation de votre rongeur, si on sent ses côtes dès qu'on l'effleure ou qu’on voit les côtes, c’est alors qu’il est trop maigre.
Si on sent les côtes en appuyant légèrement, alors votre rongeur a un poids idéal.
En revanche, si on ne sent pas les côtes lorsqu'on touche le ventre, le rongeur est en surpoids.

Si vous avez le moindre doute sur l’état d’embonpoint de votre petit compagnon, vous pouvez demander conseil à votre vétérinaire. En cas de surpoids, il pourra alors vous conseiller sur les mesures à mettre en place.

Quels sont les facteurs favorisant l’obésité chez les rongeurs ?

Une alimentation non adaptée favorise la prise de poids :

Une alimentation de mauvaise qualité, et notamment les mélanges de graines : ces derniers entrainent un tri, l’animal a tendance à ne manger que les graines trop grasses, ce qui déséquilibre la ration et entraine un surpoids.
Des granulés en quantité trop importante : les granulés ne doivent pas constituer l’alimentation principale des rongeurs. Ils doivent manger en majorité du foin à volonté, puis des fruits et légumes frais, et enfin des granulés, en quantité limitée (et non pas à volonté).
Des friandises en quantité trop importante : les friandises peuvent être données en quantité limitée, et de manière occasionnelle, pour éviter de favoriser la prise de poids.
Il faut absolument proscrire les restes de tables : notre alimentation n’est en effet pas adaptée aux rongeurs.

Par ailleurs, la sédentarité, le manque d’exercice, est également un facteur favorisant la prise de poids.

Enfin, suite à la stérilisation, les besoins métaboliques diminuent, et si l’alimentation n’est pas adaptée, cela peut entraîner une prise de poids.

Quelles sont les conséquences de l’obésité ?

Comme chez le chien et le chat, le surpoids favorise de nombreux problèmes de santé, et réduit l’espérance de vie des rongeurs.

Par exemple, un lapin obèse ne peut plus faire sa toilette et manger ses caecotrophes, ce qui engendre des troubles digestifs et des carences alimentaires. 

L’obésité favorise également les pododermatites chez les rongeurs. Il s’agit d’affections des pattes, qui sont douloureuses, et le rongeur peut alors présenter des difficultés à se déplacer. 

Comment prévenir l’obésité chez le rongeur ?

Il faut favoriser l’exercice de votre compagnon, en laissant votre rongeur en liberté au maximum chaque jour, lorsque vous êtes présent et que pouvez le surveiller (pour éviter qu’il n’aille grignoter les fils par exemple). Vous pouvez jouer avec lui pour qu’il se dépense.

Il faut également lui prévoir une cage suffisamment grande, pour qu’il fasse un minimum d’exercice même en votre absence.

Vous pouvez agrémenter sa cage avec des jouets. Par exemple, une roue doit être mise à disposition pour les hamsters, rats et souris.

Il est également nécessaire d’adapter l’alimentation : il faut proscrire les mélanges de graines, et donner une alimentation équilibrée et de bonne qualité, riche en fibres.

Les friandises doivent être occasionnelles, et il est bien de les remplacer par des herbes séchées ou des légumes, meilleurs pour la santé de votre petit compagnon.

Pour plus d’informations sur l’alimentation à donner à votre rongeur, n’hésitez pas à consulter nos fiches conseil sur ce sujet.

Si votre rongeur est en surpoids, n’hésitez pas à en parler à votre vétérinaire traitant. Il pourra vous conseiller sur les moyens permettant de favoriser la perte de poids de votre animal : les mesures diététiques (entre autres, il faudra donner un foin de bonne qualité en grande quantité, pour favoriser la satiété), l’exercice...

source wanimo

Comment administrer un médicament à un lapin

L'alimentation

Source Club asv

Publié par Aiyana



L’alimentation est un point essentiel pour maintenir le lapin en bonne santé. Il est primordial de lui donner une alimentation adaptée qui respecte ses besoins physiologiques.Une bonne alimentation permet de protéger le lapin contre de nombreux problèmes de santé tels que les problèmes dentaires, les troubles digestifs et  urinaires, etc.

Le foin et l’herbe

Le foin et l’herbe constituent la base de l’alimentation du lapin de compagnie. Ce sont les aliments qui sont  les plus proches du régime alimentaire du lapin à l’état naturel. Il s’agit d’une alimentation riche en fibres et  qui assure une bonne motricité du système digestif. Cette alimentation doit être disponible à volonté tout au  long de la journée. Elle occupe le lapin, et participe également à la bonne usure de ses dents. Le foin doit être placé en râtelier ou en hamac afin de ne pas être souillé au sol. Le foin de bonne qualité est de  couleur vive, bien odorant et non poussiéreux.

L’eau

L’eau est un élément indispensable à la bonne santé du lapin. Elle doit être fraiche et propre et en libre  service. Les biberons sont faciles à nettoyer et évitent au lapin de plonger son menton dans l’eau ce qui peut  entrainer des problèmes cutanés. Un lapin consomme entre 100 et 350 ml d’eau par jour.

Les légumes

Les légumes sont un élément très important du régime du lapin.
Les légumes verts
Ils sont à privilégier : brocoli, chou, persil, cresson, feuilles de céleri, fanes de carotte, endive, trévise, basilic, trèfle et autres herbes. La variété des légumes proposés permet d’éviter les carences et les excès  de certains nutriments. Aucun légume n’est formellement interdit (en l’absence de maladie particulière) mais en équilibre est indispensable.
Les fruits
Ils doivent être considérés comme des gourmandises occasionnelles et être donnés en quantités limités. Il faut penser à bien laver la verdure avant de la donner au lapin.

Les granulés et aliments du commerce

Les  granulés ne doivent pas être l’aliment de base du lapin. Ils peuvent être donnés en complément du foin  habituel. L’apport recommandé en granulés est environ de 25g/kg/jour (à adapter en fonction du type de granulé). Il est indispensable de donner des granulés « spécial lapin » et de bonne qualité. Lorsque le propriétaire achète des granulés, il est important de regarder leur composition et de privilégier les granulés riches en  fibres (ou cellulose) et pauvres en protéines et en graisses. Les mélanges de graines et céréales ne sont  pas adaptés au régime alimentaire du lapin. De même, les aliments pour lapins de chair sont trop riches  pour les lapins de compagnie. Les lapereaux ont des besoins nutritionnels spécifiques ; des aliments  spéciaux existent. Les granulés de mauvaise qualité sont à l’origine d’obésité et de problèmes hépatiques, rénaux et dentaires.

Les friandises

Les friandises vendues dans le commerce sont souvent riches en sucres et en gras. Elles sont donc  inadaptées au régime alimentaire du lapin et peuvent augmenter les risques d’obésité et de troubles  digestifs. Les meilleures friandises sont donc le foin, les herbes variées et les légumes verts!
Les brindilles et les branches d’arbre
Afin d’occuper le lapin et d’augmenter l’usure de ses dents, on peut lui proposer des brindilles ou  des branchages. En effet, les lapins aiment ronger et enlever l’écorce du bois. Les meilleures branches sont celles provenant des arbres fruitiers tels que les pommiers et les poiriers.

Les compléments alimentaires

Les compléments alimentaires (vitamines et minéraux) ne sont généralement pas nécessaires si le lapin reçoit une alimentation équilibrée. Leur éventuelle utilisation doit être faite sous contrôle vétérinaire.

Le changement de régime alimentaire

Comme pour tout animal, il convient d’éviter tout changement soudain de l’alimentation du lapin. La transition alimentaire doit s’étendre sur plusieurs jours en introduisant progressivement le nouvel aliment. Le foin doit toujours être en libre service.

L'intérêt de la stérlisation de la lapine

publié par Sandlab

 

En plus de l'intérêt comportemental, la stérilisation de la lapine a un intérêt médical.


Chez les femelles, le taux d'hormone dans le sang peut avoir des incidences sur le comportement, mais surtout la santé. Celles-ci déclenchent une forte activité au niveau de l'utérus et des ovaires ce qui à terme peut provoquer des tumeurs. 
La tumeur de l'utérus fait partit des causes majeures de mortalité chez la lapine. 
Passé l'âge de cinq ans, près de 80% des lapines risquent de développer une tumeur.
La prévention est donc une priorité chez la lapine.

L'intervention

L'intervention consiste à retirer, soit les ovaires (ovariectomie), soit l'utérus et les ovaires (ovario-hystérectomie). Si la lapine doit être opérée tardivement, on préférera l'ovario-hysterectomie car il est fréquent que l'utérus soit déjà endommagé . L'intervention peut avoir lieu dés 4 mois. 

L'anesthésie

Le lapin ne pouvant pas vomir, une diète alimentaire ou hydrique n'est pas nécessaire et cela évite une éventuelle hypoglycémie.
Le lapin supporte moins bien une anesthésie fixe, il est donc préférable de privilégier une anesthésie gazeuse qui sera bien mieux tolérée avec un réveil quasi-immédiat. Le lapin étant très sensible à la douleur, il est important de la gérer á l'aide de morphiniques avant l'anesthésie afin de couvrir le temp opératoire ainsi que le post-operatoire.

Soins post-opératoires

Le plus important est la reprise du transit. La lapine doit remanger et faire des crottes rapidement sinon il faudra la gaver momentanément avec un aliment spécial.
La cage devra être maintenue propre jusqu'au retrait des fils.

 

--oOo--

Article tiré d'un site vétérinaire

De plus en plus réalisées sur les lapins, ces deux opérations consistent à retirer tout ou partie de l'appareil reproducteur. Cela vise bien évidemment à éviter la reproduction, mais ces opérations ont aussi et surtout un but thérapeutique et comportemental.

 

1. Quels sont les avantages de la stérilisation ?

  • Intérêt comportemental :

A l'adolescence (entre 3 et 6 mois), les hormones des lapins sont en plein essor et les comportements qui y sont liés apparaissent :

-marquage du territoire par crottes, pipis voire jets d'urine ;

-agressivité pour la défense du territoire (grognements, coups de pattes, morsures, etc.) ;

-excitation sexuelle (parade, "honk-honk", simulation sexuelle).

 

Ces comportements hormonaux peuvent modifier la relation harmonieuse et sociale qui vous unissait : nettoyer sols et murs et à se faire harceler par un lapin obsédé n'a rien d'épanouissant. Tiraillé par ses hormones, le comportement qu'il adopte n'est plus "le sien", mais celui qui lui est dicté.

 

Le mignon petit lapereau que vous venez d'adopter peut donc devenir, du jour au lendemain, une source considérable de soucis, et malgrès lui, qui ne peuvent être réglés que par l'opération!

Lapin bélier juste avant sa castration (Mélanie)

  • Intérêt médical :

Chez les femelles, l'importance du taux d'hormones dans le sang peut avoir, en plus des incidences sur le comportement, des incidences sur la santé. Les hormones déclenchent une activité intense au niveau de l'utérus et des ovaires ce qui, à moyen terme, abîme beaucoup ces organes et des tumeurs se développent.

A partir de 3 ans,  la probabilité que votre lapine développe un cancer de l’utérus est très important, puisqu’estimé à 80%, et ce pourcentage augmente avec l'âge de la lapine.

 

Cette tumeur, adénocarcinome de l’utérus, est une tumeur cancéreuse à croissance lente et dont les signes clinques sont frustes longtemps. Ainsi, cette tumeur s’installe insidieusement, et malheureusement métastase. Au stade des métastases la chirurgie n’a plus aucun intérêt curatif.

 

La prévention des maladies de l’appareil reproducteur doit donc être une des priorités pour la lapine.

 

La tumeur de l’utérus est encore malheureusement une des causes majeures de pathologies rencontrées chez les lapines non stérilisées , avec les problèmes dentaires et les problèmes de transit.

 

Outre les cancers, une lapine non-stérilisée est sujette aux grossesses nerveuses, associées à des montées de lait. Pendant ces périodes, l'activité hormonale est décuplée ce qui favorise d'avantage l'apparition de tumeurs uterines et mammaires. De plus, si elles ne sont pas arrêtées, ou fréquentes les montées de lait peuvent entraîner des tumeurs mammaires et des infections au niveau des mamelles (mammites). Comme pour la chienne et la chatte, la stérilisation prémunise également contre les tumeurs mammaires (cependant moins fréquentes que les adénocarcinomes utérins chez la lapine).

 

Chez les mâles, les cas de cancer des testicules sont très rares mais ils existent. La castration est donc plus réalisée dans un but comportemental chez eux.

 

  • Intérêt pour la cohabitation :

Dans une cohabitation mâle/femelle, il parait évident que la stérilisation empêche de se retrouver avec 20 lapins au lieu de 2 en seulement quelques mois!

 

Mais la stérilisation participe aussi à la bonne entente du couple :

- comme ils sont moins tiraillés par leurs hormones, les deux lapins sont moins territoriaux et acceptent plus facilement un "intrus" sur leur territoire ;

- pour les mêmes raisons, ils sont moins sujets aux disputes et bagarres, qui peuvent être très violentes ;

- comme ils ne cherchent pas à se reproduire, ils ne se harcèlent pas l'un et l'autre ce qui évite aussi les conflits.

 

Il est important de noter que les deux lapins doivent être stérilisés pour cohabiter sereinement. En effet, si la reproduction est impossible quand seulement un des deux individus n'est plus fertile, des bagarres peuvent survenir. Par exemple, une lapine stérilisée constamment harcelée par son compagnon non-castré, pourrait finir par se lasser et se battre violemment avec lui.

Dans les cas des cohabitations femelle/femelle, mâle/mâle et les cohabitations de groupes, la stérilisation facilite également l'entente des lapins et permet d'éviter les bagarres.

 

Les cohabitations mâle/mâle sont malgré tout difficiles a installer et peuvent dégénérer a tout moment. Une fois que les deux lapins (ou plus) sont stérilisés depuis plus d'un mois (temps de convalescence et période d’infertilité post-castration du mâle), il faut respecter certaines règles pour mettre en place la cohabitation.

 

2. Les actes chirurgicaux en détail :

 

La castration du lapin mâle

 

Cette opération concerne les mâles, elle consiste à retirer les deux testicules.

 

L'opération peut être réalisée dès que les testicules sont descendus, mais on conseille d'attendre les 6 mois du lapin pour que sa croissance soit finie et qu'il supporte mieux l'opération. Un mâle peut être opéré à n'importe quel moment de sa vie, du moment qu'il est en bonne santé.

 

Les effets sur le comportement peuvent mettre quelques semaines à se faire ressentir, mais il faut bien noter que le lapin n'est pas stérile immédiatement après l'opération. Il reste fertile encore 1 mois après l'intervention, il ne faut donc pas le mettre au contact d'une femelle non-stérilisée durant cette période. La castration peut être éffectuée à tout âge, néanmoins, un jeune supportera mieux l'opération et l'anesthésie. Cette opération n'est absolument pas obligatoire et certains lapins, qui ne développent pas de comportements hormonaux gênants et vivent seuls, peuvent très bien s'en passer.

 

La stérilisation de la lapine

 

L'intervention consiste à retirer, soit seulement les ovaires (ovariectomie), soit l'utérus et les ovaires (ovario-hystérectomie). Ces deux interventions ont la même efficacité puisque les hormones responsables des cancers sont produites dans les ovaires, le retrait supprime donc les risques de tumeurs. Cependant, même si l'ovariectomie est moins « lourde » d’un point de vue chirurgical, elle doit être pratiquée précocement (avant 1 an idéalement). Si la lapine doit être opérée plus tardivement, on  préfèrera effectuer une ovario-hystérectomie (retrait des ovaires et de l’utérus) car il est fréquent que l'utérus soit déjà endommagé même si la lapine est encore jeune lors de l'intervention.

Ces deux opérations peuvent être pratiquées à partir de 6 mois, mais à la différence du mâle, il est risqué d'attendre plus de 3 ans pour faire opérer sa lapine. Des tumeurs pourraient déjà être présentes avec un risque de métastases présent à d'autres organes. L'opération, le plus tôt possible, est donc très vivement recommandée.

 

L'anesthésie

 

Le protocole de la clinique Amivet

 

1. Les lapins étant dans l’impossibilité de vomir, aucune diète alimentaire et hydrique est nécessaire et cela évite une éventuelle hypoglycémie.

 

2. Les lapins, et les petits mammifères en général, supportent moins bien  les anesthésies fixes, c'est à dire par intraveineuse. 

Aussi, nous avons fait le choix d’une anesthésie gazeuse pour les lapins et autres NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie), qui sera bien mieux tolérée par votre animal car le réveil est quasi immédiat. Votre lapin sera donc anesthésié à l’aide d’un petit masque délivrant de l’oxygène pur et l’agent anesthésiant. La concentration du gaz anesthésiant pouvant à tout moment être diminuée ou augmentée en fonction des besoins.

 

Calme, quiétude et douceur sont une régle absolue, encore plus pour les lapins, animaux très facilement stressables!

 

3. La gestion de la douleur est un élément essentiel pour toute anesthésie et encore plus pour celle des lapins. Nous utilisons pour cela des morphiniques et anti-inflammatoires systématiquement avant la phase d’anesthésie proprement dite.

La protection de l’appareil cardio-circulatoire est assurée par un dérivé de l’atropine.

 

4. Pendant toute l’anesthésie le lapin est placé sous monitoring cardiaque.

Le risque d’hypothermie est maîtrisé par un tapis chauffant maintenant la température corporelle pendant l’acte chirurgicale et pendant la phase de réveil.

Le retour à la maison est efféctué la jour même le plus souvent.

 

 Java sur tapis chauffant quelques minutes après son reveil (ovariectomie)

 

Soins post opératoires :

 

-        Retrait des fils et pansement (lapine) après 15 jours. Nous utilisons systématiquement de la colle chirurgicale qui recouvre les fils cutané, ce qui offre une protection supplémentaire du site chirurgical et évite le léchage ou retrait des fils par le lapin.

-        Antibiothérapie préventive, antidouleurs et molécule permettant la relance du transit intestinal sont systématiquement prescrits.

-        Le lapin doit remanger rapidement sinon un gavage momentané, avec un aliment spécial, sera mis en place rapidement pour "relancer" son transit inestinal.

 

 

Malocclusion dentaire

publié par Sandlab

Les problèmes liés aux dents sont fréquents chez le lapin, ils nécessitent une consultation chez un vétérinaire. Les maladies dentaires sont souvent douloureuses et ont un impact important sur l’appétit et donc l’état général du lapin. A quoi sont-elles dues et comment les éviter

Qu’est-ce qu’une malocclusion ?

Toutes les dents du lapin ont la particularité de pousser en continu tout au long de sa vie, il faut donc qu’elles soient très régulièrement usées et ce de manière équitable sur tous les côtés pour éviter une pousse erratique.

Si les dents ne s’usent pas de la même manière de tous les côtés, la pousse va être déséquilibrée, la dent peut pousser plus vers la joue ou plus vers la langue, vers l’extérieur ou vers l’intérieur et même vers la racine, la dent s’enfonce alors dans l’os de la mâchoire… Dans tous ces cas la position des dents va être modifiée, c’est ce que l’on appelle une malocclusion.

La malocclusion des incisives est en général aisément détectée : les incisives se recourbent vers l’intérieur en direction du palais ou bien vers l’extérieur comme des défenses d’éléphant.

La malocclusion des molaires est plus difficile à détecter : il faut faire un examen approfondi de la bouche, cela peut nécessiter une anesthésie. Souvent le signe d’appel sera une diminution de la prise alimentaire à cause de la douleur des lésions engendrées par les molaires dans la joue… Un limage régulier peut s’avérer nécessaire chez certains lapins.

Les racines des dents peuvent également pousser en direction de l’os de la mâchoire, cela provoque des douleurs très importantes à la mastication et donc diminue fortement la consommation de foin. Si les racines atteignent les espaces sous orbitaires on peut observer des abcès et une exophtalmie (l’œil ressort de l’orbite).

Important à savoir : tout problème dentaire peut dégénérer et entraîner une surinfection s’il est trop tardivement détecté et traité ou s’il est complexe dès le départ… On peut alors observer des abcès et/ou  une ostéomyélite (infection de l’os de la mâchoire). Ces infections ne sont pas évidentes à soigner et peuvent nécessiter une intervention chirurgicale.

Les causes de malocclusions

Les malocclusions peuvent avoir une origine génétique. Les premiers problèmes dentaires apparaissent alors très tôt, dès les premières semaines de vie et seront chroniques durant toute la vie de l’animal. Les lapins nains ont souvent un maxillaire (mâchoire supérieure) plus court que la mandibule (mâchoire inférieure). Cette anomalie est transmissible génétiquement à la descendance.

La cause des malocclusions peut être traumatique : si le lapin est victime d’un choc sur la mâchoire ou d’une fracture…

La plupart du temps les problèmes dentaires ont une composante alimentaire. En effet, pour user correctement leurs dents, les lapins doivent ronger et mastiquer de nombreuses heures dans la journée. C’est pour cela que le foin est primordial et doit constituer la plus grande part de leur alimentation.

Aussi, un mauvais rapport calcium/phosphore et une carence en vitamine D peut jouer un rôle dans les maladies dentaires.

Quels sont les signes d’un problème dentaire ?

Les signes sont en général très discrets au début et ne sont pas très spécifiques : c’est pour cela qu’il faut être très attentif et ne pas hésiter à consulter pour un examen approfondi de la cavité buccale:

-Anorexie, dysorexie, tri de certains aliments
-Hypersalivation (les poils des joues, le menton, le cou peuvent être mouillés)
-Ecoulements oculaires, exophtalmie
-Impossibilité de manger les caecotrophes
-Ralentissement du transit, diarrhée
-Mouvements de mâchoire ou de langue anormaux
 
Comment prévenir les problèmes dentaires ?

Il n’est pas possible d’empêcher tous les problèmes dentaires chez le lapin car certains sont d’origine génétique, mais l’alimentation a son importance dans cette prévention.

Le foin est le meilleur aliment pour lelapin, il doit le consommer à volonté. Le foin nécessite un long travail de mastication avant de pouvoir être avalé, ainsi le lapin passera de nombreuses heures à mastiquer dans la journée, ce qui permet une bonne usure des dents.

Les feuillages verts foncés ont également un rôle d’usure important car ils sont riches en silice.

Les légumes ainsi que les branchages permettront au lapin de couper et de ronger et donc d’user ses incisives correctement.

Toute cette activité alimentaire (couper, ronger, mastiquer) permet également au lapin de ne pas s’ennuyer et donc évite le développement de troubles du comportement, de stéréotypies comme le fait de ronger les barreaux de sa cage…

Pour l’occuper, vous pouvez également proposer à votre lapin des jouets en bois naturel sur lesquels il pourra se faire les dents sans risque.


Source wanimo

 

Et vous en clinique, déjà eu des cas, ça revient ? Dites le nous par le biais des commentaires !

La myxomatose

publié par Sandlab

Extrêmement contagieuse et largement répandue chez les lapins sauvages, la myxomatose présente également un réel danger pour les lapins de compagnie. Le virus de la myxomatose (poxvirus) pénètre dans l'organisme par la piqûre d'un insecte (moustique, puce), mais aussi parfois à travers la peau par une plaie ou à la suite d'un arrachage des poils.



Les différentes formes de la maladie


  • La forme aiguë classique
    Les premiers symptômes apparaissent après une dizaine de jours d'incubation. Ce sont d'abord des œdèmes : les paupières, les oreilles, le nez sont enflés, ainsi que la région génitale. Ces œdèmes s'épaississent ensuite, et il apparaît de petites « boules » sous-cutanées, appelés des myxomes qui envahissent progressivement l'ensemble du corps. Ces nodules grossissent de plus en plus. Le lapin cesse de s'alimenter et la mort est fréquente.



  • La forme respiratoire
    Forme très grave, mais que l'on rencontre heureusement de moins en moins chez les lapins de compagnie. Les symptômes sont un écoulement important au niveau du nez, des paupières enflées et parfois une inflammation de la région génitale. On ne retrouve pas en général les myxomes sous-cutanés de la forme classique. La forme respiratoire est généralement mortelle.



  • La forme cutanée
    C'est une forme que l'on retrouve surtout chez les Lapins de type angora, le virus pénètre par la peau (après l'épilation pour les lapins d'élevage ou après une bagarre). Tout le corps est alors atteint avec formation de croûtes.



 Le traitement


Il n'existe malheureusement aucun traitement efficace contre la myxomatose.

La seule façon d'éviter la maladie est la prévention, grâce à la vaccination. ll existe plusieurs vaccins selon le risque de contagion. La première injection se fait en général à l'âge de 28 jours environ, avec ou non un rappel généralement 6 à 8 semaines plus tard. Par la suite, selon le vaccin utilisé, un rappel tous les 4, 6 ou 12 mois est recommandé selon le vaccin utilisé, et les conditions de détention du lapin.
Source wanimo

 

Et vous en clinique, avez vous eu souvent des cas ? vous vaccinez ? Répondez nous par le biais des commentaires !

Contention du lapin

Cette fiche technique a été préparée par le Dr Régis Cavignaux, vétérinaire praticien en Lorraine, à partir des exercices qui sont proposés dans une des sessions de Travaux Pratiques organisées par VETERINARIUS, organisme de formation continue indépendant.

www.veterinarius.fr/asv/formations

La contention du lapin

 

La contention du lapin est un acte risqué qu’il convient de réaliser avec soin et en connaissant certaines particularités anatomiques et comportementales de l’animal.

Le lapin est un animal très sensible au stress, il faudra donc réaliser un examen rapide et en douceur.

Attention aux tables glissantes (inox) susceptibles d’entrainer des mouvements de pédalage ou de glissade chez un lapin affolé. On pourra recouvrir la table d’examen d’une serviette éponge ce qui rassurera le lapin.

Le lapin possède une musculature importante au niveau du dos et des pattes postérieures pour un squelette relativement fragile. En se débattant et en ruant des postérieurs, le lapin est capable de se fracturer les fémurs ou les vertèbres lombaires.

On proscrira absolument :

  • de soulever un lapin par les oreilles : choc otocardiaque mortel
  • de tenir fermement un lapin par les pattes postérieures.

Pour sortir le lapin de son panier, on le saisira d’une main par la peau du cou et on soutiendra l’arrière-train de l‘autre main. 

art871 contention lapin 1

art871 contention lapin 2

art871 contention lapin 3

art871 contention lapin 4

Dès que l’animal est sorti de son panier de transport et posé sur la table d’examen, il cherchera à fuir en rentrant à nouveau dans son panier ou à sauter sur les épaules ou dans les bras de son propriétaire (risque de chute).

Pour éviter cela, on enlève rapidement le panier de la vue du lapin et on garde en permanence une main posée sur l’animal au niveau des épaules ou du thorax. On peut également masquer les yeux d’un lapin nerveux en lui couvrant la tête d’une main.

Pour transporter le lapin ou pour l’examiner, on peut également le placer contre soi, la tête cachée dans le creux du bras ce qui procurera un sentiment de sécurité à l’animal.

art871 contention lapin 5

Pour un examen buccodentaire, le lapin fait face au vétérinaire et la contention est effectuée en plaçant les deux mains en coupe sur l’arrière train de l’animal.
Le dos est maintenu en plaçant les pouces de part et d’autre du rachis lombaire. Les autres doigts maintiennent les cuisses sans tenir directement les membres. Cette contention évite les ruades brutales et les sauts intempestifs.

art871 contention lapin 6

art871 contention lapin 7

A noter que les lapins terrorisés sont capables de crier et d’émettre des cris très aigus, ce qui est particulièrement traumatisant pour le propriétaire.

 

Et vous, y arrivez vous facilement, avez vous été déja mordu ?

Réponde nous par le biais des commentaires !

Gavage des Lapins

Cette fiche technique a été préparée par le Dr Régis Cavignaux, vétérinaire praticien en Lorraine, à partir des exercices qui sont proposés dans une des sessions de Travaux Pratiques organisées par VETERINARIUS, organisme de formation continue indépendant.

www.veterinarius.fr/asv/formations

Il est souvent nécessaire de gaver les lapins hospitalisés.

  • lapins malades ne mangeant pas ou trop peu.
  • en pré-opératoire chez des lapins affaiblis ou dénutris.
  • en post-opératoire pour assurer une meilleure récupération et une reprise précoce de transit digestif

 

On pourra utiliser des veloutés de légumes, des petits pots pour bébé : carotte ou haricots verts, ou des purées de légumes.
Pour des gavages prolongés, il est indispensable de fournir des fibres longues à l’animal et il est préférable d’utiliser les foins en poudre disponibles dans les centrales d’achat vétérinaires. À défaut, on peut réaliser une soupe en mouillant les granulés habituels du lapin.
Le foin en poudre est très pratique d’emploi et permet de constituer un mélange plus ou moins liquide en fonction des besoins de l’animal et de sa pathologie.

art866 Gavage du lapin 1En règle générale, on commencera les premiers repas d’un animal affaibli en utilisant un mélange très
liquide pour bien hydrater le lapin, on épaissira la mixture progressivement pour les jours suivants et en
fonction de l’état du patient. Le gavage sera servi tiède.

art866 Gavage du lapin 2

Pour réaliser le gavage, le lapin est placé croupe contre le corps de l’opérateur.

art866 Gavage du lapin 3

La tête de l’animal est maintenue dans la paume de la main gauche (pour les droitiers), pouce et index se
plaçant aux commissures des lèvres et soulevant légèrement celles-ci pour permettre le passage de la
seringue.
art866 Gavage du lapin 4

La distribution est facilitée par l’emploi d’une seringue à insuline dont on sectionne l’extrémité pour permettre
un passage facile de l’aliment.
La seringue est introduite dans la bouche en passant latéralement juste en arrière des incisives.
L’aliment est poussé doucement dans la cavité buccale, on laisse le temps de déglutir à l’animal, ce qui se
traduit par des mouvements de mastication.

art866 Gavage du lapin 5

art866 Gavage du lapin 6

art866 Gavage du lapin 7

 

Attention : ne pas poursuivre le gavage si le lapin conserve l’aliment dans sa bouche sans avaler, dans ce cas il convient d’envisager une nutrition à la sonde naso-oesophagienne ou par voie parentérale.
La quantité journalière à distribuer est de 50 ml/kg à fractionner en 3 à 5 repas.
En pratique, on donne 10 à 15 seringues à insuline par repas pour un lapin nain.

Ne pas oublier de nettoyer le museau de l’animal après chaque nourrissage pour les lapins trop affaiblis et qui ne se toilettent pas eux-même.